Quand et comment devient-on mère ?
Enfant, on regarde ses parents, notre père, notre mère, et cela nous semble « évident ». C’est leur rôle, c’est leur métier, on vient d’eux, et ils prennent soin de nous . Même si ils le font mal, si ils ne sont pas présents, si ils sont divorcés ou autre, ils restent Madame Maman et Monsieur Papa .
Ados, jeune femme , jeune adulte, les relations amoureuses et les rencontres : on se construit .
J’ai toujours eut des amies, qui restaient en couple longtemps, et qui voulaient être mère, si possible mère d’une famille nombreuse . Pour elle, c’était évident, elles voulaient devenir mère, elles le sentaient en elles, et imaginaient déjà la chose en sélectionnant des prénoms d’enfants, … ok je fais des détours

Pour moi les choses furent très différentes . A 29 ans, je m’étais toujours dit « si un jour c’est possible, je crois que j’aimerais bien avoir un, des enfants », sans vraiment m’imaginer enceinte . Alors quand j’ai arrêté la pilule, puis lorsque le test de grossesse est devenu positif, ce fut comme un grand saut dans le vide . Je pensais connaître la théorie, la grossesse qui dure 9 mois (le mensonge), j’avais vu des femmes avoir des enfants, mais il reste toujours les non-dits des femmes . Comment devient-on mère ? Avant on pense que c’est naturel .
Et puis comme je vous l’ai souvent dit, je me suis posé beaucoup de questions, et j’ai lu beaucoup de témoignages de mamans sur des blogs . J’ai lu les témoignages de burn-out, plus ou moins longs, les grossesses compliquées, le désir d’allaiter, la difficulté des premiers jours, les bébé qui pleurent . Mais aussi ces mères heureuses malgré la fatigue d’un accouchement, celles qui se sont immédiatement, une semaine après le test de grossesse senties devenues mère .
De mes amies, je suis finalement la première qui passe par la grossesse . Et j’ai l’impression de déchiffrer, comprendre, apprendre.

Je déchiffre jour après jour ces petits indices annonciateurs de grands changements . Je déchiffre ce en quoi la grossesse me change . Depuis un peu plus d’un mois, je déchiffre les gestes de mon bébé, ses positions, son rythme de vie, ce qu’il aime ou pas, son caractère .
Je comprends que chaque femme est dépendante du corps qu’elle habite depuis qu’elle existe et que ce corps a une histoire personnelle et familiale, qui la soutient ou lui fait défaut pendant la grossesse . Je comprends que l’état d’esprit dans lequel chaque femme vit sa grossesse va être déterminant pour la suite . Je comprends chaque fois que je discute avec mon mari de l’importance vitale de cette présence pour moi .
J’apprends chaque jour à composer avec les changements de la grossesse, c’est une vraie gymnastique tant physique que mentale . J’apprends à quoi sert durant notre vie, nos expériences pour pouvoir avancer durant ces 9 mois qui sont importants car ils préparent à l’arriver d’une nouvelle vie (ou plus).

Je ne crois pas en l’instinct maternel naturel . Pour moi, devenir mère, c’est tous les jours . Pendant la grossesse, et je le crois pour la vie entière . Aujourd’hui, c’est faire attention à mon alimentation, car ce que je mange, mon bébé aussi . C’est lorsque je me rends aux examens médicaux, savoir que l’un contre l’autre, c’est nous deux que l’on examine . C’est m’inquiéter soudainement, me raisonner puis discuter et imaginer l’avenir avec mon mari . C’est pour le moment poser nos mains et jouer et parler avec bébé .
Enfin, c’est quand mon mari me dit « je te vois devenir mère » et que je lui souris car je sais que lui aussi est en train de devenir père .
Demain, c’est ainsi que nous continuerons à devenir parents .

parents-kangourous

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *